pompignac ● net  

  Site créé le 9 mai 2000 - ISSN 2274-1550
Page mise à jour le 4 janvier 2014 Le site de la commune de Pompignac est pompignac.fr
En cet instant 22 visiteurs sont connectés . Vous avez l'adresse IP 3.238.130.97.
De A à Z ...
L'école maternelle - 4 janvier 2014


Un petit groupe de randonneurs venus de Salleboeuf ce vendredi 3 janvier a fait une petite halte devant l'école maternelle.
Ils ont cru un moment que c'était un nouveau groupe scolaire et quand on leur a annoncé que c'était une école maternelle ils ont été surpris, "Hé bien on voit grand chez vous", une dame voyant la toiture s'est exclamée "Avec tous ces trous on dirait un morceau de gruyère" (NDLR: du gruyère français, le gruyère suisse, lui, n'a pas de trous), et quand on leur a dit le coût de cet ouvrage, ébahis, "oulala ! mais c'est votre budget qui va ressembler à un gruyère !" ont-ils repris en choeur.
Ben oui, peut-être ...


NDLR Quand on parle ici des coûts de l'école maternelle il faut entendre d'abord coûts d'investissement, donc non inclus les coûts de fonctionnement (entretien, personnel, consommables, énergie, etc.) et ces investissements sont les investissement globaux qui ont été mobilisés pour la construction de cette nouvelle école, il ne s'agit donc pas des coûts stricto sensu de la construction du seul bâtiment, mais aussi des coûts tels que l'achat de terrains, la construction de voiries spécifiques, etc. Par ailleurs il est bien évident qu'il ne s'agit nullement de remettre en cause la qualité du travail des entreprises qui ont participé à ce projet que la mairie leur a commandé.
Il serait utile que le détail de ces coûts, financés par nos impôts, nous soient communiqués dans leur détail.
La nouvelle école maternelle a été inaugurée le 8 novembre 2013, mais si cette école est une excellente chose pour l'accueil de nos enfants et petits-enfants, dans quelque temps il ne faudra pas oublier de leur faire savoir qu'ils devront, plus tard, à leur tour, continuer à rembourser l'importante dette consécutive au dépassement d'un budget initial déjà très important.
Enfin la toiture de l'école est de nature végétale, solution fort onéreuse en entretien, n'aurait-il pas mieux valu installer des panneaux photo-voltaïques qui auraient assuré l'autonomie énergétique de l'immeuble et soulagé un peu les comptes communaux ?
Il faut souhaiter que le prochain conseil municipal issu des élections de 2014 se montre plus raisonnable quand il faudra investir pour l'école primaire. A propos de l'école M. Le Maire m'écrit ceci:
L'école a coûté le prix qu'elle doit coûter, en fonction des normes à respecter et il n'y a eu aucun dépassement de budget.
Pourquoi publiez-vous des fausses informations ?
Cette réponse est un peu légère.
Il y a bien eu un dépassement du budget initial comme je le dis, sinon ce n'était pas la peine de faire voter des budgets complémentaires.
Comme on peut le constater le maire ne dit pas ce que l'école maternelle a réellement coûté et quel a été son budget initial.
Sur le site web de la commune il n'est pas possible de connaître le budget 2011 (lien inopérant au moment où j'écris ce mot), sur la page de 2012 intitulée "Pompignac a l'ambition de ses projets" on trouve quelques indications à ce sujet avec un investissement prévisionnel de 1.888.044,76 € pour le nouveau groupe scolaire et un emprunt de 3 millions d'euros nous pouvons aussi connaître l'appel d'offres pour la construction de l'école.
Sur les seules bases des documents accessibles en ligne on peut effectivement conclure que le coût initial de cette école est élevé et qu'il y a eu des dépassements importants de budget.

L'école maternelle étant maintenant inaugurée il serait nécessaire qu'un bilan financier total soit publié par la mairie, on doit bien ce minimum d'information aux pompignacais qui vont payer l'addition.

L'école seule a coûté plus de 4 millions d'euros dont plus de 3 millions d'euros à la charge des pompignacais, sans compter les surcoûts dus à la construction in extremis de deux voies d'accès, l'une pour les voitures, l'autre pour les élèves de l'école primaire se rendant à la cantine scolaire.
A combien s'élèvent ces coûts complémentaires ?


Dans un tract du 16 novembre 2013 les 8 démissionnaires avancent le chiffre de 5.437.853,44 €.
Ce chiffre comprend-il les coûts supplémentaires de voirie, de balisage du cheminement des élèves et de création du parking ?
Affaire à suivre.


Le détail des travaux peut être consulté ici, on y voit que le projet initial a été amendé plusieurs fois.

Le blog des conseillers démissionnaires a fait son propre bilan du cout de l'école maternelle, on peut le consulter ici

En faisant appel à un architecte plus modeste et plus réaliste il aurait sans doute été possible de réaliser pour le même montant un groupe scolaire entier, incluant l'école élémentaire, l'école maternelle, une halte garderie et la restauration scolaire.
Maintenant que cette école maternelle hors de prix a obéré les finances locales pour longtemps, dans combien de temps allons-nous voir sortir de terre une école élémentaire nouvelle, à proximité immédiate de cette première réalisation ?

Cherchons et comparons :
École maternelle de Pompignac : montant initial de 3 012 500 € HT pour 2000 m² en 2011, soit 1 506 € HT le m² , mais au moins 2500 € HT le m² au final !
Si l'on se réfère aux réalisations récentes de Conseil Général de la Gironde le coût moyen des constructions publiques se situerait aux environs entre 1.500 et 1.600 € TTC le m²
Voir aussi cette très belle réalisation architecturale pour l'école maternelle de Chavagneux :
École maternelle Charles Perrault à Chavagneux: 2 908 830 € HT pour 2 027 M² en 2012
Attention: les chiffres sont tantôt TTC, tantôt HT, cela fait aussi une différence notable ...

Inquiétant

L'école maternelle a été inaugurée le 8 novembre dernier, sa construction a coûté très cher, les dépassements de budget ont été importants. Tant pis pour nos finances et tant mieux pour les enfants en espérant que le luxe de leur école ne leur donne pas pour plus tard une idée fausse des moyens de l'Éducation Nationale.

Les travaux étant terminés on pourrait penser que les entreprises ont été payées dans les délais, soit 30 jours au maximum après réception de le facture, comme l'exige le Décret n° 2008-1355 du 19 décembre 2008 de mise en œuvre du plan de relance économique dans les marchés publics or, si l'on en croit ce que dit le blog des huit tous les fournisseurs n'auraient pas encore été payés dans les délais, ce qui met leurs entreprises en péril, c'est tout au moins le cas de l'une d'entre-elles dont le directeur a écrit au maire le 11 octobre dernier se plaignant du non paiement des ses factures de juillet et août dernier.
Comme vous pourrez le lire dans la sa lettre le maire aurait souvent relancé l'entreprise à propos de D.O.E. ou de diverses réserves, il faut savoir que, selon les règles régissant les marchés publics, les entreprises doivent fournir au maître d'œuvre un dossier appelé D.O.E. (Dossier des Ouvrages Exécutés ). Qu'en est-il au juste ?

Dans ces conditions un peu obscures il est difficile de savoir ce qui s'est réellement passé entre le maire et l'entreprise, pour le savoir une lettre a été adressée au Directeur de l'entreprise et une autre à M. le Maire.
Voici leurs réponses :

Réponse du Maire, le 10 novembre dernier:
Nous avons eu un peu de retard pour payer les dernières situations de cette entreprise, car la maîtrise d'ouvrage (*) nous les a transmises avec un mois de délai (notamment avec l'intervalle du mois d'août). Ayant reçu la situation de juillet fin août, nous avions jusqu'à fin septembre pour payer. J'avais averti que pour cette situation nous aurions deux ou trois semaines de retard, car nous attendions le versement des subventions, que l'État nous a annoncées en retard, et la délivrance par une banque du dernier emprunt. Le retard de paiement, au-delà du délai de 30 jours que la loi impose aux administrations pour payer (ce qui est extrêmement court) est prévu par la même loi, et, pour dédommager l'entreprise, des pénalités peuvent s'appliquer. Pour deux ou trois semaines de retard, nous aurons quelques dizaines d'euro à payer en plus à CEME. Quant aux situations suivantes elles ont toutes été réglées à ce jour. Cependant l'entreprise ne nous pas encore remis son DOE et lui reste bien des réserves à lever et le parfait achèvement à assurer.
(*) Le maître d'ouvrage est celui qui commande l'ouvrage et y consacre le budget, c'est à dire la municipalité, il doit s'agir plus vraisemblablement du maître d'œuvre.
Réponse de l'entrepreneur en date du 11 novembre :
Effectivement nous ne sommes toujours pas payés de la globalité. Depuis le 11 octobre seule notre facture de juillet a été réglée.
Il reste celle de septembre, octobre et celle de novembre (non arrivée a échéance car sur délai de 30 jours).
Il reste pour ma part un reliquat d'un peu moins de 50.000 €. Je ne suis malheureusement pas le seul.
En complément il ajoute ceci:
Le délai de règlement démarre lors de la remise à la maîtrise d’œuvre de la facture et non à réception de la facture par la mairie. (Loi LME)
Pour information, nos DOE ont été remis depuis 1 mois à la maîtrise d’œuvre.

Conclusion: après vérifications il semble bien que les des élus démissionnaires disaient la vérité à propos des retards de paiements.


Depuis le 1er janvier 2014 ce site a été visité 1 237 428 fois
En mai 2021 il y a eu 17 898 pages vues - cette page a été visitée 5 822 fois - Précédente visite le 16/05/2021 à 20h 37mn
En mai 2021 il y a eu 17 899 pages vues