pompignac ● net  

  Site créé le 9 mai 2000 - ISSN 2274-1550
Page mise à jour le 05/05/2021 Le site de la commune de Pompignac est pompignac.fr
En cet instant 8 visiteurs sont connectés . Vous avez l'adresse IP 35.172.136.29.
De A à Z ...
Tribune libre

D’un mal peut résulter un bien ... ou un autre mal

Le mécontentement voire l’exaspération des résidents du lotissement des Prés de l’Église est tout à fait compréhensible : son réseau viaire n’est absolument pas adapté à une circulation de transit dont l’importance grandissante génère des problèmes de sécurité et de tranquillité. Cette augmentation constatée est-elle ou non due à un aménagement du centre bourg mal pensé ? C’est un autre débat qui mérite d’être ouvert mais qui ne sera pas abordé ici.

Insatisfaction donc, mais pour le bonheur des résidents, le transfert de ce réseau dans le domaine public, alors qu’il était privé à l’origine, leur a permis de se dégager des lourds frais d’entretien correspondants qui sont maintenant à la charge de tous les contribuables Pompignacais. Ces derniers ont donc leur mot à dire.

Donc, tant mieux pour les résidents. Oui mais qui dit domaine public dit non discrimination de son usage. Alors comment résoudre cette contradiction plus qu’apparente entre libre circulation et sécurité publique : c’était un dilemme à résoudre par la Maire. Elle l’a fait : le choix réalisé a consisté à placer deux panneaux "sens interdit sauf riverains" aux deux entrées du lotissement.

Le problème est-il réglé à la satisfaction de tous ? Il semble que non puisque des "contrevenants" continueraient leurs coupables actions. Si l’un d’entre eux, éventuellement stoppé par une autorité de police (cas de figure dont la probabilité est plus que faible) déclare aller rendre visite à un "riverain" réel ou fictif du lotissement, je doute qu’il soit verbalisé car l’Arrêté Municipal prévoit certainement la possibilité de rendre visite à un habitant des Prés de l’Église. Il est douteux que l’agent intercepteur soit habilité à vérifier la véracité d’une telle excuse : cela dépasse le simple constat et nécessite une enquête. Donc il ne pourra dresser procès-verbal. Une fois cette astuce trouvée, elle se répandra et rendra la solution retenue inopérante.

La réflexion doit donc se poursuivre. Dans cette optique, je conseille vivement aux parties prenantes (riverains et autorité municipale) de consulter un article intitulé "Un Maire peut-il interdire par arrêté municipal l’accès d’une rue sauf aux riverains" publié dans la Gazette des Communes du 23/02/2018 (disponible sur internet). S’ils ne me croient pas, ils pourront y constater la fragilité de l’Arrêté Municipal qui prévoit le dispositif appliqué et en conséquence la difficulté de son application effective.

Alors que faire car un problème existe réellement.

Je suggère de procéder comme Chemin de St Paul, Chemin de la Lande ou dans le lotissement des Terres Blanches en séparant par une barrière physique le lotissement en deux parties étanches (sauf aux circulations douces) transformant ainsi le réseau viaire en deux impasses débouchant l’une sur la route de l’église et l’autre sur la route de Sallebœuf.

Ceci peut être obtenu de deux manières : soit barrer la rue qui vient de la route de l’église au niveau de l’ex-pharmacie, soit toujours partant de cette ex-officine barrer en diagonale vers le parking situé en face.

La deuxième solution aurait ma préférence car permettant une large séparation qui pourrait abriter une micro-forêt fort utile pour les résidents eux-mêmes en ces temps de réchauffement climatique. La Commission Boisement récemment mise en place pourrait trouver là matière à réfléchir.

Alors d’un mal sortira-t-il un bien ou le mal perdurera-t-il ?

Alain Roux
le 5 mai 2021
Retour aux actualités

Depuis le 1er janvier 2014 ce site a été visité 1 276 150 fois
En juillet 2021 il y a eu 35 043 pages vues - cette page a été visitée 219 fois - Précédente visite le 24/07/2021 à 17h 10mn
En juillet 2021 il y a eu 35 044 pages vues